Concrètement, que propose Champs libres ? (3 et fin)


Le projet Champs libres a imaginé différents modes d'intervention pour favoriser la biodiversité en ville. Des fiches projets ont été réalisées pour donner à voir des exemples concrets de ce que nous souhaiterions mettre en œuvre.


Dernier volet : les jardins pavillonnaires et la mise à disposition de broyeurs collectifs



Le modèle de l'habitat pavillonnaire est très fortement remis en cause du fait de son impact en termes d'étalement urbain et d'artificialisation des sols. Mais les jardins privés constituent plus de 50 % de la surface végétalisée de nos villes et contribuent très fortement à leur trame verte.


Pour s'en convaincre, il suffit d'utiliser l'outil Nos villes vertes proposé par la start up bretonne KerMap pour constater que dans certains quartiers, c'est bien là que se niche toute une partie de la biodiversité présente en ville.


S'intéresser aux jardins pavillonnaires est donc essentiel pour le projet Champs libres, avec toujours un seul objectif : favoriser le développement de la biodiversité. Cet objectif suppose d'être d'abord attentif aux usages des particuliers : potager ou jardin d'agrément, jardin ouvert ou au contraire protégé des regards, priorité donnée à la lumière ou au contraire à l'ombre et la fraîcheur. De plus, les changements de propriétaires font que l'on "hérite" aussi d'un jardin et que la mutation souhaitée va prendre du temps ; par exemple, arracher la haie du tuyas taillée au carrée pour planter une haie diversifiée de type champêtre suppose d'accepter d'être exposés à la vue pendant quelques années ou bien remplacer progressivement un ou deux pieds chaque hiver.


Champs libres a alors choisi de sensibiliser les jardiniers urbains au travers de la mise en place d'un service de broyage collectif.

Pourquoi le broyage des branches et rameaux ?

  • Broyer permet de réduire par 10 le volume des déchets verts ; c'est autant de moins à transporter à la déchetterie ; outre l'économie de carburants et de CO2, c'est aussi des frais économisés pour la collectivité

  • Le broyat est utile à de très nombreux aspects dans le jardin : il peut être utilisé en paillage et évite alors le désherbage au potager. Déposé au pied des arbres, il conserve l'humidité. Il peut être utilisé dans le compost pour garantir l'équilibre entre déchets verts et bruns.

  • Enfin, le broyat des rameaux de l'année (moins de 7 centimètres de diamètre) épandu sur le sol immédiatement après leur taille enrichit fortement le sol. Pour une première approche des avantages du BRF (Bois Raméal Fragmenté), vous pouvez regarder les vidéos de Sikana FR : https://www.youtube.com/watch?v=J4tuFtVdnhU&feature=youtu.be. Pour tout savoir sur le Bois Raméal Fragmenté, je vous conseille l'excellent livret de Arbre & Paysage 32 : https://ap32.fr/wp-content/uploads/2019/10/livretAP3_BRF.pdf


Le principe sera simple : pouvoir réunir 3 ou 4 voisins qui veulent louer le broyeur mis à disposition par Champs libres. La location serait proposée à la journée ; le soir un apéro biodiv' serait proposé par l'un des voisins ; un animateur de Champs libres y participerait pour faire découvrir les usages du broyat et l'intérêt du BRF et parler des gestes qui favorisent la biodiversité au jardin.



Et bien sûr, n'oubliez pas de soutenir le projet Champs libres en votant ici : https://bit.ly/ChampsLibres











...












52 vues

© 2019 par Nathalie Gaudant. Créé avec Wix.com